Rechercher
  • Mylène Planchais

L'intention guide l'action




Notre projet commence par une attente, une visualisation de quelque chose que nous aimerions vivre. Nous émettons alors une fréquence qui correspond à la forme que nous voulons créer. Si ce projet porte sur une personne, celle-ci doit être sur le même canal pour que cette chose puisse se créer. Il y a donc un réglage à faire. Entendez-donc ces expressions du langage courant:

  • "Entre nous le courant passe bien"

  • "Ce n'est pas possible; nous ne sommes pas sur la même longueur d'onde".

Il est donc absolument nécessaire d'établir une connexion pour pouvoir communiquer sur le projet afin de lui donner vie.

Madame S prend régulièrement des nouvelles de ses parents par téléphone. Ceux-ci ont un projet en cours. Presqu'à chaque appel, la maman de Madame S se plaint des blocages dans leur projet, appuyée par le papa en voix off. Madame S en a assez d'entendre les plaintes, et propose quelque chose pour aider à la résolution. Sa proposition est accueillie par la maman, et gratifiée par le papa d'un "N'importe quoi!" qui met Madame S en colère.

Que s'est-il passé?

  • La communication semble établie avec la maman (c'est elle qui détient le "pouvoir" du téléphone)

  • Le branchement avec le papa est mauvais.

Le papa a-t-il eu l'intention consciente ou inconsciente de contrarier sa fille?

  • consciente? c'est peu probable. Il y a de l'amour entre eux.

  • inconsciente? oui, car notre inconscient sert nos intérêts. Le papa provoque chez sa fille un événement qui le met en lien avec, même si c'est de façon inconfortable,

Il n'a pas appris à entendre les besoins qui crient en lui, et utilise maladroitement la machette pour tenter de se frayer un chemin dans la jungle inconnue des sentiments qui l'agitent.

Une fois qu'elle aura pris soin d'elle et regardé en atelier de Communication Bienveillante ce qui se passe pour elle, que peut faire Madame S pour assainir le terrain?

Madame S va tenter de rejoindre son papa, là où il est, pour brancher la connexion. La pratique du reflet empatique peut l'aider:


À éviter:

  • "Holà papa, tu te sens interpellé par ma proposition parce qu'elle te semble incongrue?"

Nul! Il s'en fiche de la proposition. Ce qui compte c'est lui.


Recommençons:

  • "Tu te sens excédé par ce projet qui prend toute la place et qui vous met dans l'émoi tous les deux, et quand tu vois que je m'en mêle, c'est la goutte de trop, c'est ça? T'aimerais juste qu'on puisse passer à autre chose tous les deux?

Peu importe si les mots ne sont pas exactement ceux qui correspondent au projet. L'important c'est que le centre de la discussion est maintenant l'HUMAIN, avec ses sentiments, son besoin de lien et de CONNEXION.


Quelles sont mes attentes et celles de l'autre dans la communication?

Etre conscient de ses attentes, c'est réaliser les besoins que nous voulons nourrir.

Nous pouvons émettre des intentions différentes et modeler une forme de projet qui corresponde à une création commune qui nourrira nos besoins respectifs.

Il est donc primordial d'être au clair sur notre intention et les attentes qui la motive. Il n'est jamais "trop tard". Aujourd'hui est un commencement.







0 vue