Rechercher
  • Mylène Planchais

Accompagnant, pas sauveur



Au cours de notre vie, il peut arriver qu'un proche, conjoint ou parent ait besoin d'attention et de soutien. En tant que fils ou fille, nous mettons un point d'honneur, une obligation, un devoir de nous occuper du parent déclinant ou défaillant, arguant que celui-ci nous a donné lorsque nous étions enfant et que "nous lui devons bien cela". Attention au cadeau empoisonné!

Ecoute de soi: écoutez les besoins de la personne à accompagner, et évaluez votre élan en fonction de vos capacités. Avez-vous déjà ressenti la gêne lorsqu'une personne fait quelque chose pour vous alors qu'elle n'en a pas envie? C'est lourd, culpabilisant. Finalement vous regrettez d'avoir demandé car vous ressentez l'aigreur voire du ressentiment. Lorsqu'un besoin est exprimé et écouté, il y a plusieurs façon d'y répondre. Ne restez pas seul. Une amie, prisonnière de son devoir envers sa mère me répondait immanquablement:" Mon frère ne vient pas. J'habite à côté. Je ne peux pas laisser maman. Elle n'a que moi. Je ne peux pas sortir le soir et la laisser seule..." Moralité, son décès, après plusieurs années de calvaire, a été une libération. Il est peut-être dommage de ternir les dernières années.


Clarifier: L'accompagnant ne doit pas se perdre dans sa mission, au risque de devenir un "sauveur". Prendre souvent des temps pour se recentrer, revenir à soi, clarifier la situation pour ne pas s'y engluer.


Pétiller: Quand vous prenez soin de vous, en nourrissant la joie, la détente, la légèreté, vous prenez soin de la qualité de relation que vous offrez à la personne que vous accompagnez. Si votre conjoint(e) atteint d'Alzheimer est à la maison, il est de votre devoir de vous ménager des temps de loisirs pour sortir du contexte, voire organiser un temps de vacances pour prendre soin de votre "pétillance".


Toucher: Pour les personnes atteintes de maladie d'Alzheimer ou sénilité, les accompagnants s'épuisent à répéter les mêmes choses. Ne le faites pas. Le sujet de conversation n'a pas d'importance; il est prétexte au lien. Posez plutôt votre main sur son bras ou son épaule, et plongez votre regard dans le regard de l'autre. L'effet est garanti.


Repères: Mettez en place des repères et des rituels qui vont rythmer la vie et rendre visible des limites qui vous sont salutaires pour préserver votre énergie.


Prochain atelier de Communication Bienveillante- salle du Courtil à Taden

Mercredi 19 juin de 14h00 à 16h30

35 vues